Curiethérapie LDR : les réponses à vos questions

Nous souhaitons ici répondre à quelques-unes des questions les plus fréquemment posées concernant la curiethérapie dans le traitement du cancer de la prostate. Si vous avez décidé que la curiethérapie pourrait être le traitement qui vous convient, ou à un de vos proches, nous avons également inclus quelques informations sur ce qu’il faut demander à votre médecin ou à votre spécialiste en curiethérapie lors de votre prochain rendez-vous.

Visitez notre page Facebook pour rejoindre une communauté de patients intéressés par la curiethérapie LDR.

Les graines peuvent-elles se détacher après l’implantation ?

C’est possible, mais c’est très rare. Dans le cas très improbable où une graine détachée passerait dans votre urine et que vous pourriez la voir dans la cuvette des toilettes, la meilleure solution est de la prélever avec une pincette et de la placer dans un récipient scellé. Vous devez ensuite contacter votre hôpital qui vous donnera des conseils pour une élimination en toute sécurité.

Quels sont les effets secondaires potentiels une fois rentré chez moi ?    

Vous pouvez ressentir une certaine gêne au bout d’une semaine ou plus lorsque le rayonnement des graines commence à agir dans les voies urinaires inférieures (parties inférieures du tube par lequel vous urinez). Vous pouvez également ressentir un léger inconfort à la suite des piqûres d’aiguille. Vous pouvez prendre un simple analgésique comme le paracétamol à la maison pour soulager ces effets, mais il est important de ne pas prendre d’aspirine. L’aspirine fluidifie le sang, ce qui peut aggraver les bleus ou les saignements. Vous pouvez voir des ecchymoses près de votre scrotum ou en dessous, et la décoloration peut rarement s’étendre à la partie supérieure de vos cuisses. Cette situation commencera à disparaître au bout d’une à deux semaines. Vous devez savoir que vos urines peuvent être tachées de sang pendant plusieurs jours après l’intervention d’implantation. Cela peut être vous sembler inquiétant au début, mais cela devrait s’éclaircir tout seul. Si du sang continue à apparaître dans vos urines, vous devez contacter l’hôpital.

Que puis-je faire pour minimiser les effets secondaires chez moi ? 

Il existe un certain nombre de précautions simples que vous pouvez prendre pour vous sentir plus à l’aise chez vous pendant les premiers mois suivant la curiethérapie LDR. Si vous mangez régulièrement des aliments riches en fibres et des fruits, vos selles resteront souples. Vous devez boire 1 ½ à 2 litres de liquide par jour pour aider à rincer votre système urinaire, mais vous devez limiter votre consommation de liquide après 7 heures du soir (surtout le café, le thé et l’alcool). Cela permettra de réduire la quantité d’urine produite pendant la nuit et de diminuer le nombre de fois où vous devrez vous lever pour aller aux toilettes.

Qu’en est-il de ma vie sexuelle après la curiethérapie ?   

Les rapports sexuels doivent être évités pendant les deux premières semaines suivant l’intervention, car il y a un très faible risque qu’une des graines puisse sortir lors de l’éjaculation (dans votre sperme). Vous devrez utiliser un préservatif les deux ou trois premières fois où vous aurez des relations sexuelles pour cette raison. Si vous n’êtes pas sûr du moment auquel vous pouvez arrêter d’utiliser un préservatif, votre médecin ou un membre de votre équipe de soins à l’hôpital pourra vous conseiller à ce sujet. Les premières fois que vous aurez des rapports sexuels, vous pourrez ressentir une légère gêne ou irritation pendant ou immédiatement après le rapport, et votre sperme pourra être décoloré en raison de l’hémorragie interne qui a pu se produire pendant l’implantation. L’impuissance, ou l’incapacité à obtenir une érection satisfaisante, est un effet secondaire de tous les traitements du cancer de la prostate, mais elle se produit moins souvent à la suite d’une curiethérapie qu’à la suite d’une chirurgie ou d’une irradiation externe de faisceau, et elle répond généralement bien au traitement, par exemple à un inhibiteur de la PDE5 tel que Viagra, Cialis ou Levitra, qui sera disponible par le biais de la sécurité sociale. Parlez-en à votre consultant ou à votre médecin traitant pour obtenir une ordonnance.

Au bout de combien de temps pourrai-je reprendre mes activités quotidiennes normales après la curiethérapie LDR ?    

La plupart des patients reprennent la conduite automobile dans les jours qui suivent. En général, il n’est pas recommandé de conduire avant deux jours après l’anesthésie et vous devez vérifier votre police d’assurance automobile pour vous assurer qu’aucune restriction ne s’applique après un traitement médical. La majorité des hommes sont de retour au travail dans les 3 à 5 jours, bien que le délai puisse être un peu plus long si vous avez un travail qui implique de soulever des charges ou de faire beaucoup d’activité physique, par exemple pompier, employé du bâtiment.

Qu’en est-il de ma capacité à uriner après une curiethérapie ? 

Après une curiethérapie LDR, vous pouvez vous attendre à certains effets secondaires liés à votre capacité à uriner. Ces effets secondaires urinaires peuvent prendre jusqu’à 3 à 6 semaines avant de se manifester, et l’ampleur des symptômes varie généralement de légère à modérée. Les effets peuvent notamment être une gêne ou une douleur lors de la miction (appelée dysurie), une fréquence accrue (« besoin pressant ») et un mauvais écoulement de l’urine (réduction du volume). Ces symptômes ont tendance à atteindre leur point culminant vers 3-4 mois, mais devraient s’améliorer vers 6-9 mois. Un an après la curiethérapie, environ 90 hommes sur 100 (90 % des patients) auront retrouvé leur niveau d’avant l’intervention en ce qui concerne leur capacité à uriner.

L’incontinence (perte de contrôle) après une curiethérapie est très rare et est généralement transitoire. La rétention d’urine (une accumulation d’urine dans la vessie qui est difficile à évacuer) est également peu courante ; elle se produit chez environ 10 à 15 hommes sur 100 (10 à 15 % des patients) après une curiethérapie LDR, et certains de ces patients peuvent avoir besoin d’un cathéter (5 %) pour les aider à uriner. Cependant, les effets secondaires urinaires sont moins fréquents après une curiethérapie qu’après une intervention chirurgicale et un traitement par rayonnement externe.

À quels médicaments dois-je m’attendre après une curiethérapie LDR ? 

Après la procédure d’implantation, vous recevrez un traitement antibiotique pour prévenir l’infection et des comprimés pour vous aider à uriner (appelés alpha-bloquants). Vous devez continuer à prendre l’intégralité de ces médicaments et suivre les instructions qui vous seront fournies. Si vous avez besoin de plus de comprimés après votre retour à la maison, vous devrez vous rendre chez votre médecin pour obtenir une ordonnance. Vous pourrez également recevoir des médicaments pour ramollir vos selles pendant votre séjour à l’hôpital, afin de faciliter l’évacuation de vos intestins. Si vous avez des douleurs immédiatement après l’intervention, vous recevrez également des médicaments pour les atténuer.

Si je suis une curiethérapie LDR, est-ce que je deviens radioactif ?

Non. Une fois que vous avez fait implanter les graines, vous ne devenez pas vous-même radioactif ; ce sont seulement les graines qui sont radioactives, pas vous ! La plupart des radiations sont libérées dans la prostate au cours des trois premiers mois et elles continuent à être biologiquement actives pendant environ neuf mois au total. Après cela, elles sont effectivement inactives et restent dans la prostate, car il n’est pas nécessaire de les enlever. Vous ne constituez pas un danger pour votre famille et vos amis et il n’y a donc aucune restriction quant à votre présence parmi eux, bien que, par précaution, les médecins vous recommandent d’éviter de faire de longs câlins à un jeune enfant ou à une femme enceinte pendant les deux premiers mois suivant l’implantation.

Si je suis une curiethérapie LDR, devrai-je subir d’autres interventions ? 

Cela dépend de votre évaluation à l’hôpital et de l’étendue du cancer de votre prostate. Parfois, la curiethérapie LDR est réalisée à l’aide de rayons externes, et le médecin chargé de votre traitement vous conseillera la meilleure approche thérapeutique à adopter. Pour les patients ayant une prostate de grand volume, un traitement hormonal peut être nécessaire pour réduire la taille de la prostate avant de procéder à une curiethérapie LDR. Un autre élément important à prendre en considération est que, lorsque vous avez suivi une curiethérapie LDR, vous pourrez toujours bénéficier d’un traitement chirurgical à un stade ultérieur, si votre médecin le juge nécessaire.

Si j’ai déjà subi une opération de la prostate, puis-je bénéficier d’une curiethérapie LDR ?

Si vous avez subi une prostatectomie radicale et que votre prostate a été enlevée, la curiethérapie ne peut pas être pratiquée, car il n’y a pas de tissu prostatique pour accueillir les implants de graines. Si vous avez subi une intervention chirurgicale de moindre envergure, c’est-à-dire une chirurgie transurétrale de la prostate (souvent abrégée en TURP), la curiethérapie LDR peut toujours être une option pour vous, et votre consultant ou un autre membre de l’équipe de soins de l’hôpital vous conseillera à ce sujet.

Si je suis une curiethérapie LDR et que mon cancer de la prostate réapparaît, pourrai-je bénéficier d’un traitement supplémentaire ?

Oui. Après la curiethérapie, vous retournerez à l’hôpital pour un examen après 4 à 6 semaines, puis régulièrement selon la fréquence déterminée par votre médecin (tous les 6 mois ou tous les ans, par exemple). Les niveaux de PSA seront vérifiés et les effets secondaires éventuels seront abordés. Certains tests pourront être réalisés pour mesurer la vitesse à laquelle l’urine s’écoule et connaître la quantité restante dans la vessie après la miction afin de vérifier le bon fonctionnement de la vessie. Des radiographies répétées pourront être faites lors de certains suivis. Une nouvelle biopsie de la prostate pourra également être réalisée. Si des résultats anormaux sont constatés lors de ces visites de suivi, votre médecin et votre infirmier(ère) évalueront le meilleur traitement et en discuteront avec vous.

Quand la curiethérapie LDR a-t-elle été mise en œuvre pour la première fois ?

La curiethérapie LDR comme traitement du cancer de la prostate a été développée aux États-Unis. Les techniques les plus récentes ont été mises au point au milieu des années 80 et la première procédure britannique s’est déroulée à Leeds en 1995. Cette procédure bénéficie à présent d’une expérience considérable et croissante dans le monde entier. Actuellement, environ 2 000 procédures sont réalisées chaque année au Royaume-Uni et de nouveaux centres continuent d’ouvrir. La procédure est disponible depuis beaucoup plus longtemps aux États-Unis, où 30 à 50 % des patients atteints d’un cancer de la prostate localisé choisissent désormais cette forme de traitement.

Questions à poser à votre médecin : pour tirer le meilleur parti de votre rendez-vous

Cliquez ici pour accéder à la brochure du Ministère de la santé « Questions à poser : pour tirer le meilleur parti de votre rendez-vous »

« Questions à poser » - a été élaboré par le ministère britannique de la santé pour aider chacun à tirer le meilleur parti de son rendez-vous.

Nous savons que la prise de décision partagée entre les patients et les professionnels peut faire une différence significative sur le long terme dans les résultats des soins apportés. Recevoir et comprendre les bonnes informations lors d’un rendez-vous est essentiel pour impliquer les personnes dans les décisions concernant leur traitement et leurs soins. La rubrique « Questions à poser » appuie cette participation en aidant les personnes à répondre à des questions générales lors d’une consultation, telles que « Y a-t-il des effets secondaires ou des risques ? » et « Comment saurai-je si le traitement est efficace ? »

La rubrique « Questions à poser » est disponible en plusieurs formats : affiches, facile à lire, en gros caractères, audio, braille et un dépliant A5 recto-verso. Des traductions de la brochure sont disponibles en arabe, bengali, français, gujarati, somali, portugais, polonais, punjabi, espagnol et ourdou.

Questions à poser à votre spécialiste en curiethérapie

  • Vais-je recevoir un traitement hormonal avant la curiethérapie ? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi pas ?
  • Combien de temps dure la procédure ?
  • Combien de ces procédures effectuez-vous par an ?
  • Aurai-je besoin d’une radiothérapie externe par faisceau ainsi que d’une curiethérapie ?
  • D’après votre expérience, quel est le taux de réussite de cette procédure ?
  • Quels sont vos résultats en matière d’impuissance et d’incontinence ?
  • Combien de temps vais-je rester à l’hôpital ?
  • Aurai-je beaucoup de douleurs après l’implantation et comment la douleur sera-t-elle contrôlée ?
  • Dans combien de temps mon rendez-vous de suivi aura-t-il lieu après ma sortie et quand le taux de PSA sera-t-il mesuré pour la première fois ?
  • À quelle fréquence mon taux de PSA sera-t-il contrôlé ?
  • Que doit être le taux de PSA après la curiethérapie ? Que se passerait-il s’il n’atteignait pas ce niveau ? Que feriez-vous alors ?

Rejoindre la conversation

Avez-vous reçu un diagnostic de cancer de la prostate?

Nous apprécierions 5 minutes de votre temps pour répondre à notre questionnaire